Transformer les crises de l’énergie et de l’eau en opportunités : les inventions créatives des start-ups des pays du Sud de la Méditerranée

Dans le cadre de son engagement au sein de l’Euro-Mediterranean Forum of Economic Institutes (FEMISE, Forum euroméditerranéen des instituts de sciences économiques), Myriam Ben Saad publie une note de synthèse sur les secteurs de l’énergie et de l’eau en Méditerranée à travers l’innovation entrepreneuriale.

« Turning Energy and Water Crisis into opportunities : The creative inventions of Startups in South Med countries » est le septième numéro de The Next Society Policy Briefs Series, lancées par ANIMA Investment Network (plate-forme pour la coopération économique entre Europe, Moyen-Orient et Afrique), via le projet de l’Union européenne The Next Society (TNS), et par le FEMISE. Ces publications sont consacrées à l’entrepreneuriat dans la région du Sud de la Méditerranée.

Rédigée par Myriam Ben Saad, cette étude a été réalisée grâce à l’interview de trois entrepreneurs, Mustapha Lakhdari (start-up Goutra, Algérie), Oussama Mallak (Q-Zan, Liban) et Mohamed Tabyaoui (Indar solution, start-up Prev Dev, Maroc), qui prennent part au projet TNS.

Dans un contexte de pénurie d’énergie et d’eau, mais aussi de dynamisme de ces marchés, les initiatives entrepreneuriales apparaissent comme salutaires pour favoriser la transition énergétique dans le pays du Sud de la Méditerranée, en lien avec le changement climatique. Myriam Ben Saad revient sur les principales motivations qui ont poussé à la création des trois start-up suscitées, qui sont d’ordre « environnemental, sécuritaire, économique et culturel » (p. 4). Au moyen d’un dispositif électrotechnique connecté adossé aux robinets, Goutra propose d’afficher la consommation d’eau en temps réel et donc de mieux la maîtriser en se référant, par comparaison, aux données d’une consommation dite idéale. Quant à Q-Zan, il s’agit d’un dispositif IOT (Internet of Things) lié aux chauffe-eaux : la température de l’eau est automatiquement réglée en fonction des souhaits des ménages, sans gâchis d’eau ni d’électricité. Grâce à une connexion aux nuages, la solution Indar anticipe les risques d’inondation et en alerte les populations, les gestionnaires, directement sur les téléphones mobiles.

L’auteure identifie par ailleurs cinq types de défis auxquels les entrepreneurs sont confrontés (p. 5) : financier (délais d’obtention des financements), commercial (problème d’accès à certaines pièces nécessaires au développement technologique), d’accès au marché (compétitivité), de qualification professionnelle, ainsi que des contraintes légales/institutionnelles, qui sont les plus pesantes dans les pays du Sud de la Méditerranée.

Enfin, elle avance huit recommandations pour aider les start-up à les relever, qui vont des mesures de soutien à « l’entrepreneuriat et entreprises durables » (p. 6), jusqu’au développement de « banques d’investissement vertes nationales ou régionales » (p. 7) en passant, entre autres, par la mise en place de solutions pratiques en termes d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétiques (investissements, techniques).

Consulter la note de synthèse

Photographie de couverture : © lovelyday12, Canva.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search