CMEM – Méthode d’évaluation des structures des constructions à valeur patrimoniale : l’exemple du pont Svatopluk Čech (Prague)

Sophie Eberhardt a co-écrit, avec Martin Pospisil, Pavel Ryjacek, Miroslav Sykora de l’université technique de Prague, un article dans la revue International Journal of Computational Methods and Experimental Measurements, « Heritage value assessement method – application to historic steel bridge in Prague ». Cette publication s’inscrit dans le cadre de la présentation de leurs travaux lors de la 17e conférence STREMAH, International Conference on Studies, Repairs and Maintenance of Heritage Architecture Conference, du 26 au 28 mai 2021.

Le pont Svatopluk Čech à Prague.
© Dennis Jarvis, CC BY-SA 2.0. Recadrée.

L’article questionne la méthode d’évaluation des structures des constructions à valeur patrimoniale, classées ou non, pour déterminer leur fiabilité. Les opérations techniques que nécessite l’étude structurelle, servant à recueillir les données en vue de restaurations notamment, peuvent en effet entraîner une perte de cette valeur en fonction de leur invasivité. Il s’agit donc de combiner sécurité et protection du patrimoine. L’étude s’appuie sur l’exemple du pont Svatopluk Čech à Prague (République tchèque), situé dans le centre historique de la ville classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les auteurs soulignent l’importance d’une coopération multidisciplinaire entre les différents métiers impliqués (architectes, ingénieurs, spécialistes du patrimoine) dans le cadre des enquêtes préalables nécessaires à toute intervention. Pour cela, ils proposent de segmenter la valeur patrimoniale des structures concernées – on distingue les valeurs analytiques (ex. : valeur historique, technique, symbolique, sociale, d’ancienneté) de celles liées à l’état de conservation (ex. : valeur d’intégrité, valeur d’authenticité) – afin d’adapter l’étude structurelle à la sensibilité des segments aux méthodes d’enquête. Cela permet de réduire le risque d’altération de la valeur patrimoniale tout en permettant la collecte d’informations suffisamment précises pour l’évaluation des structures existantes. Ce recueil doit être particulièrement rigoureux, en quantité comme en qualité (importance de l’emplacement sélectionné, méthodologie).

Cependant, les travaux révèlent que la fiabilité structurelle est difficilement mesurable via des méthodes d’étude non destructives, et donc non invasives, ce qui peut aboutir à des interventions inadaptées. L’application d’une méthodologie croissante quant au degré d’invasivité semble impérative, tout en prenant en considération les segments de valeur identifiés.

En savoir plus

Photographie : © Dennis Jarvis, CC BY-SA 2.0. Recadrée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search