PMP – Les zones détendues : territoires oubliés porteurs d’attractivité territoriale

Brice Barois, Raphaële Peres, Mathilde Vignau et Florian Laussucq publient, dans la revue Politiques et Management Public (PMP), un article exploratoire qui se concentre sur les dynamismes des zones C – « le reste du territoire » selon le découpage du ministère de la Transition écologique – dont le marché immobilier n’est pas considéré comme tendu.

L’article « Les zones détendues : territoires oubliés porteurs d’attractivité territoriale » propose une analyse croisée – géographique, juridique, économique et territoriale – de l’attractivité des zones C, qui souffrent de l’absence concomitante de définition propre et de caractérisation, malgré la diversité des territoires qu’elles rassemblent. Observées à travers un seul indicateur, la tension du marché immobilier, elles représentent de prime abord le négatif des zones A et B, tendues du point de vue de l’offre et/ou des prix.

 À travers le prisme de l’attractivité territoriale, les auteurs mobilisent un large panel d’indicateurs (ex. : part des locaux connectés, taux de pauvreté, part des ouvriers actifs, nombre d’équipements de services et de commerces…), afin d’établir une typologie des zones C. Pour cela, deux régions sont étudiées : la Provence-Alpes-Côte-d’Azur et l’Auvergne-Rhône-Alpes. Issue d’une classification ascendante hiérarchique, cette typologie révèle six classes distinctes. Aux deux extrêmes de cette classification sont, d’une part, les communes à proximité immédiate des zones tendues, et qui le deviendront très certainement et, d’autre part, les communes rurales en déclin socio-économique. Ces dernières relèvent véritablement, selon les auteurs, des zones dites détendues. Entre les deux apparaissent des communes mues par différentes formes d’attractivité : sociale, économique, résidentielle, durable.

Cette analyse extrait les zones dites détendues de l’ensemble territorial dans lequel elles sont mélangées du fait du découpage restrictif A/B/C. La catégorisation proposée par les auteurs permettrait ainsi de favoriser le développement économique local via des stratégies marketing adaptées aux communes, en fonction de leur dynamisme et de la forme d’attractivité qui les caractérise. Elle contribuerait également à mieux anticiper les éventuels basculements en zones tendues.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search