26 avril – séminaire annuel du CREM

Amandine Mille est intervenue lors de la 7e édition de cet événement qui s’est tenu au palais Brongniart à Paris, place de la Bourse.

Palais Brongniart, Paris. © Amandine Mille.

Le Center for Real Estate Management (CREM), attaché à l’unité mixte de recherche Dauphine Recherches en management (DRM CNRS 7088), est dédié aux problématiques immobilières, urbaines et territoriales.

Amandine Mille a proposé une communication intitulée « La gestion du cadre de vie des quartiers d’habitat social au prisme des activités de maîtrise d’ouvrage HLM ». La discussion était animée par Pierre Le Brun, doctorant en géographie à Avignon Université.

Les résultats présentés sont issus de son travail doctoral, pendant lequel Amandine Mille a intégré l’organisation d’un bailleur social francilien dans le cadre d’une convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE).

Où se cache la gestion du cadre de vie chez les bailleurs sociaux ? Ses investigations font émerger une prise en charge distribuée entre trois catégories de professionnels rattachées à deux directions chez le bailleur. Les uns dépendent des services de gestion (gestionnaires de proximité et chargés de gestion sociale et urbaine) et les autres des services de maîtrise d’ouvrage (MOA) sur lesquels cette communication porte plus spécifiquement. Les professionnels de la MOA HLM, les « chefs de projets », ont en charge les opérations de construction, de démolition-reconstitution, de réhabilitation et de résidentialisation des logements sociaux, ainsi que des activités afférentes à la création et à la requalification des espaces extérieurs qui bordent les immeubles du bailleur. Seulement, ces professionnels de la MOA ne se limitent pas à produire du cadre de vie : ils sont également interpellés par sa gestion. Qui sont ces chefs de projets ? En quoi et comment leur activité touche-t-elle au cadre de vie, que mettent-ils derrière cette notion ? Et dans quelle mesure la gestion future des sites est-elle une préoccupation pour eux ?


La prise en charge de la gestion du cadre de vie par ces chefs de projets est guidée notamment par des directives du bailleur transcrites dans des cahiers des charges. Cette gestion est donc fondée – pour partie – sur des routines : des pratiques sont stabilisées dans ces cahiers des charges, rendant plus ou moins prévisible le comportement des chefs de projets censés s’y référer. Mais la gestion du cadre de vie est également marquée par des situations plus incertaines et imprévisibles, où ces professionnels de la MOA doivent composer avec (et arbitrer) les attentes des gestionnaires de proximité qui auront à gérer des quartiers qu’eux construisent, réhabilitent et résidentialisent. Ce constat ouvre un questionnement sur le système de négociation entre ces deux catégories d’acteurs autour de la gestion du cadre de vie. On observe alors que les chefs de projets ne limitent pas leur action aux prescriptions établies. En effet, ils peuvent les dépasser parce qu’ils identifient des problèmes exclus ou non prévus par ces directives, et/ou parce qu’ils développent une vision alternative à celle prônée par la direction et utilisent les marges de manœuvre laissées ouvertes par le cahier des charges. Il ressort notamment de cette enquête que les agents de la MOA HLM apparaissent finalement plus sensibles à la prise en compte des usages que les gestionnaires eux-mêmes.

Consultez le programme complet de l’événement



Citer ce billet
Laboratoire ESPI2R (2023, 4 mai). 26 avril – séminaire annuel du CREM. Le blog ESPI2R. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oj3j

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search