Arts, culture et néolibéralisme : instrumentalisation et résistances à travers le cas de Marseille

L’enseignante-chercheuse Mathilde Vignau, docteure en géographie, a coécrit avec Alexandre Grondeau (université Aix-Marseille) un chapitre de l’ouvrage collectif intitulé Art and Gentrification in the Changing Neoliberal Landscape (« Art et gentrification dans le paysage néolibéral en mutation »), paru aux éditions Routledge en mai dernier sous la direction de Tijen Tunali (Aarhus Institute of Advanced Studies, université de Tours). 

Leur contribution intitulée Arts, Culture and Neoliberalism: Instrumentalization and Resistance in the Case of Marseille (« Arts, culture et néolibéralisme : instrumentalisation et résistances à travers le cas de Marseille ») porte sur le droit à « la ville créative » en réponse à l’exploitation de projets urbains artistiques au service de politiques néolibérales.  

L’ouvrage Art and Gentrification in the Changing Neoliberal Landscape fait partie intégrante des urban studies anglo-saxonnes par la pluridisciplinarité qu’il convoque et son attachement au fait urbain. Il est analysé au regard des liens entre l’art et la régénération urbaine. S’il est admis que les artistes ont pu participer à une forme de gentrification – définie comme « les transformations de quartiers populaires dues à l’arrivée de catégories sociales plus favorisées, qui réhabilitent certains logements et importent des modes de vie et de consommation différents » (Clair, 2018) – la relation entre l’art, les projets urbains et la reconfiguration territoriale reste complexe.  Elle fait apparaître une tension, particulièrement prégnante au sein des villes néolibérales, entre un développement urbain inégal basé sur la culture et la créativité, et la manifestation croissante d’une résistance à la gentrification au sein de sphères artistiques alternatives. 

Dans la lignée de son sujet de thèse, qui porte sur les impacts des lieux, des activités et des événements créatifs et culturels sur le développement de la région SUD – Provence-Alpes-Côte-d’Azur*, Mathilde Vignau a ainsi répondu à l’appel à colloque passé en 2018 pour partager son travail sur les effets positifs ainsi que sur les limites des transformations territoriales créatives marseillaises.  

Marseille : musée Regards vers la Provence, villa Méditerranée et MuCEM.
© Mathilde Vignau, 2016.

Avec Alexandre Grondeau, elle s’intéresse ici à quatre périmètres marseillais spécifiques incluant notamment les quartiers de la Joliette et du Vieux-Port qui ont connu d’importantes transformations territoriales. Ces dernières découlent d’abord de l’opération d’intérêt national Euroméditerranée lancée au milieu des années 1990, à l’initiative de l’État, puis de l’organisation du grand événement culturel Marseille-Provence – Capitale européenne de la culture en 2013. Ces grands projets urbains visent avant tout à modifier l’image péjorative du front de mer marseillais en réinvestissant les territoires en désuétude et les friches urbaines. Par le biais de la culture, des arts et de la créativité, il s’agit de mettre en œuvre une régénération urbaine qui, en dépit de plusieurs effets positifs, traduit également une métamorphose néolibérale progressive de la cité phocéenne avec toutes les inégalités socio-spatiales qui en découlent.  

Marseille – Vieux-Port.
© Mathilde Vignau, 2015.

* Voir également le résumé publié dans Les Cahiers d’EMAM (Études sur le monde arabe et la Méditerranée).



Citer ce billet
Laboratoire ESPI2R (2021, 12 juillet). Arts, culture et néolibéralisme : instrumentalisation et résistances à travers le cas de Marseille. Le blog ESPI2R. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oj0g

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search