Rentrée 2022 : 10 enseignant.e.s-chercheur.e.s rejoignent le laboratoire

Cette année, ce sont 10 enseignant.e.s-chercheur.e.s qui viennent compléter l’équipe du laboratoire ESPI2R.

Département Économie

Abdelkader Aguir

© Groupe ESPI.

Abdelkader Aguir est titulaire d’un doctorat en sciences économiques (université Grenoble-Alpes, 2016) et qualifié aux fonctions de maître de conférences. Rapporteur dans des revues économiques référencées à la suite de la publication de plusieurs articles dans des revues CNRS 2 et 3, ses travaux de recherche s’articulent autour de l’économie monétaire et financière, les politiques économiques, l’économie du développement et de l’environnement.

Abdelkader Aguir travaille actuellement sur le rôle de la politique monétaire dans la lutte contre le changement climatique, avec l’étude d’une évolution de l’intermédiation financière qui va contribuer à de nouvelles méthodes de notation et de certification associées aux risques environnementaux et aux bâtiments durables. Il s’intéresse également aux relations entre croissance économique et secteur immobilier.

Abdelkader Aguir commence ses activités d’enseignement en 2015 à l’université de Lorraine en tant qu’attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER). En 2017-2018, il occupe le poste d’enseignant-chercheur en sciences économiques au sein des universités de Lorraine, Grenoble-Alpes ainsi qu’à l’Institut d’administration des entreprises (Lyon 3) et à l’École supérieure des sciences commerciales (ESSC) de Lyon.

Damien Nouvel

© Groupe ESPI.

Après un parcours professionnel en tant qu’ingénieur en bâtiments et analyste de marché immobilier dans plusieurs pays, notamment aux Émirats arabes unis et au Qatar, Damien Nouvel s’est ensuite orienté vers la recherche grâce à un master en urbanisme (université de Tours) et à un doctorat en économie (université d’Angers, 2019). Son travail porte sur les questions de l’émergence ainsi que de l’évolution des clusters culturels et créatifs et des villes créatives, en traitant les dynamiques d’agglomération dans un contexte évolutionniste et dans une optique pluridisciplinaire.

Marion Girard

© Groupe ESPI.

Marion Girard est titulaire d’un doctorat en sciences économiques (université de Bourgogne-Franche-Comté, 2016) et a été maîtresse de conférences contractuelle pendant trois ans à l’université Polytechnique Hauts-de-France. 

Ses travaux portent sur les formes urbaines et les enjeux de la densification, tels que l’usage des espaces, la ségrégation socio-spatiale ou les déterminants du choix résidentiel des individus. Ses recherches s’inscrivent dans le champ de l’économie urbaine avec une forte dimension spatiale et d’aménagement du territoire, et dans une approche empirique, avec l’utilisation d’outils d’analyse spatiale (statistiques et économétrie spatiales, SIG). 

Maxime Charreire

© Groupe ESPI.

Économiste du droit, Maxime Charreire est titulaire d’un doctorat en sciences économiques et d’une maîtrise de droit à l’université Paris-Nanterre. Son travail de recherche consiste à analyser l’influence du droit sur les performances de marché. Dans ce cadre, il a notamment étudié les effets de différents régimes de responsabilités collectives sur les choix stratégiques des entreprises – prix des biens, quantités produites ou encore investissements en sécurité. Il a également travaillé sur les liens entre clauses abusives et concurrence sur un marché spécifique. 

Maxime Charreire a par ailleurs été ATER au sein de l’université Paris-Nanterre, pendant deux ans. 

Département Gestion

Alex Hamard

© Groupe ESPI.

Alex Hamard est titulaire d’un doctorat en sciences de gestion, spécialité marketing digital (université de Montpellier, 2021) et d’un master de recherche en systèmes d’information (université Paris-Nanterre, 2016). Chercheur associé au laboratoire Montpellier Research in Management (MRM) et qualifié aux fonctions de maître de conférences en 2022, il mène des projets de recherche à l’intersection du marketing digital, des systèmes d’information et de l’immobilier durable. Deux axes guident en effet son travail :

  • l’impact de la sécurité des données privées des citoyens sur l’adoption des outils numériques dans le cadre de la ville et la maison intelligentes et l’environnement connecté ;
  • la contribution des outils numériques et de la technologie à l’immobilier durable.

Sa thèse doctorale porte sur la santé numérique ainsi que sur l’application et l’adoption des outils numériques dans une ville intelligente afin de lutter contre les maladies et améliorer le bien-être (à travers les espaces de vie notamment). Outre le domaine de la santé, il s’intéresse aux enjeux de la durabilité au sein du secteur d’immobilier et, plus précisément, il analyse la contribution de la technologie numérique (comme les applications mobiles) à l’immobilier durable. Ces différentes thématiques de recherche ont donné lieu à des productions scientifiques et pédagogiques.

Modar Ajeeb

Modar Ajeeb est docteur en sciences de gestion, mention finance (université d’Orléans). Sa thèse, soutenue en 2019, porte sur la gouvernance et la performance des entreprises familiales françaises cotées. À travers ce travail, il a mis en évidence, pour le cas français, l’existence d’une forme d’architecture organisationnelle familiale optimale. 

Modar Ajeeb a commencé son activité d’enseignement en 2014 en tant qu’ATER à l’IAE d’Orléans, avant d’occuper plusieurs postes d’ATER, d’enseignant contractuel dans différents établissements de l’enseignement supérieur (IUT de Rennes ; UFR Sciences économiques, gestion, mathématiques, informatique à l’université Paris-Nanterre, Institut national des sciences appliquées de Toulouse).

En parallèle de ses fonctions d’enseignant, Modar Ajeeb s’est aussi engagé dans différentes activités liées à l’entrepreneuriat et à l’innovation (événements en lien avec la French Tech Toulouse, des concours locaux tels que « Battle de Pitch », le concours régional des étudiants créateurs d’entreprises, ou encore « Deeptank- Bpifrance » et « BOOGIE-U », projet européen destiné au développement de l’entrepreneuriat et l’innovation …).

Par ailleurs, Modar Ajeeb travaille actuellement sur trois projets de recherche :

  • le changement stratégique et les émotions dans les entreprises familiales ;
  • gouvernance et performance des entreprises familiales ;
  • les impacts de la structure de propriété et du management sur la performance des entreprises familiales.

Département Urbanisme

Jérôme Rollin

© Groupe ESPI.

Jérôme Rollin est titulaire d’un doctorat en urbanisme et aménagement (Institut d’urbanisme de Lyon, 2013) et d’un master en histoire contemporaine. Il est également chercheur associé au Lab’Urba (université Paris Est).

Ses travaux portent principalement sur la production de l’espace pavillonnaire. Il étudie les effets sociaux et environnementaux de la périurbanisation ainsi que les solutions alternatives contenues dans les pratiques immobilières des acteurs professionnels et des habitants : lutte contre l’artificialisation des sols, la précarisation énergétique ou encore la pression anthropique sur les milieux aquatiques. 

Jérôme dirige par ailleurs le carnet de recherche Dédale urbain, qui propose une analyse critique de l’urbanisme contemporain en s’appuyant sur une ouverture disciplinaire et méthodologique et dans un souci de vulgarisation scientifique. 

Ses autres sources d’intérêt en matière de recherche sont :

  • l’histoire environnementale de l’urbanisme ;
  • l’anthropologie de l’urbanisme ;
  • l’épistémologie de l’urbanisme.

Marie-Kenza Bouhaddou

© Groupe ESPI.

Marie-Kenza Bouhaddou est architecte DPLG, DE et docteure en urbanisme et aménagement de l’espace. 

Après une expérience réussie dans la maîtrise d’ouvrage urbaine puis sociale, elle entreprend une thèse impliquée intitulée Logement social et nouvelles pratiques artistiques soutenue en 2019 (Laboratoire architecture ville urbanisme, Centre de recherche sur l’habitat – CRH-LAVUE –, université Paris-Nanterre). Ses recherches portent sur les relations entre art et ville dans le cadre du renouvellement urbain et analysent la complexité des jeux d’acteurs de l’artistique, de l’urbain, du social et du socio-culturel, sous le prisme de la participation habitante et du pouvoir d’agir.

En parallèle de son travail de recherche, Marie-Kenza Bouhaddou s’est impliquée depuis 2010 en tant que médiatrice, puis chercheure, dans plusieurs projets artistiques menés dans des quartiers politiques de la ville, mettant en scène le vivant. En transfuge, elle croise des approches issues de l’éducation populaire avec des outils venant des champs des sciences humaines et sociales et de l’urbanisme. Depuis 2020, elle participe à une recherche-action « Fermes U+ : faire architecture pour l’agriculture paysanne » dans laquelle elle analyse, outre la question du faire et de ses bricolages, celle des porosités transformatives entre le travail de l’architecte et celui du paysan. Depuis 2021, elle poursuit son questionnement sur les acteurs du vivant dans une recherche-création avec l’artiste écosophe Thierry Boutonnier à Villeurbanne Gratte-ciel sur la capacité à penser le vivant et le commun à partir de la pédologie des arbres-parents. Depuis janvier 2022, elle accompagne ponctuellement des collectivités dans le développement du pouvoir d’agir de leurs habitants d’une part, et dans leur réflexion sur le sensible et le vivant, d’autre part. 

Département Droit

Marcos Povoa

© Groupe ESPI.

Marcos Povoa est titulaire d’un doctorat en droit (université Paris 2 Panthéon-Assas) et d’un master 2 recherche Droit privé général de la même institution. Ses travaux de recherche s’articulent autour du droit des contrats, du droit des obligations et d’autres matières de droit privé. Sa thèse de doctorat traite des clauses contractuelles qui octroient des pouvoirs à une seule des parties contractantes et les moyens d’éviter que l’asymétrie existante entre les parties d’un tel contrat ne se transforme en abus. Fort de sa double culture juridique française et brésilienne, il développe ses travaux dans une perspective de droit comparé. 

Après plusieurs années en tant qu’avocat dans des cabinets d’affaires, à partir de 2015 il se consacre de manière exclusive à la vie universitaire. ATER entre 2017 et 2019 à l’université Paris 2 Panthéon-Assas, puis enseignant contractuel à l’université d’Angers en 2020/2021, il a conduit des recherches en tant que post-doctorant à l’Institut de droit comparé de l’université Paris 2 Panthéon-Assas avant de rejoindre cette année le Groupe ESPI. 

HALLinkedIn 

Stanislas Barry

© Groupe ESPI.

Stanislas Barry est titulaire d’un doctorat en droit (université Toulouse 1 Capitole). Sa thèse, qui porte sur le droit du bénéficiaire d’avant-contrats, a fait l’objet d’une publication aux Presses universitaires d’Aix-Marseille. Stanislas Barry a également obtenu la qualification aux fonctions de maître de conférences et le certificat d’études à la profession d’avocat. Ses axes de recherche s’articulent autour du droit des biens, des contrats immobiliers et du droit des affaires. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search