Brice Barois, économiste, prévisionniste de l’attractivité et du dynamisme des territoires

Brice Barois est enseignant-chercheur en sciences économiques sur le campus de Marseille du Groupe ESPI. Ses recherches portent principalement sur l’attractivité des territoires, les migrations résidentielles ainsi que sur les industries créatives et culturelles. Autant de travaux qui permettent, notamment, d’anticiper les besoins de demain en immobilier.

Brice Barois

Le Var, zone de recherche de ses travaux doctoraux

Brice Barois mène ses études d’économie à l’université de Toulon : licence, master Développement économique spécialité Entreprise, développement et territoire, et doctorat au sein du Laboratoire d’économie appliquée au développement (LEAD) en partenariat avec l’Agence d’urbanisme et de développement de l’aire toulonnaise et du Var (Audat.var), qu’il intègre à la suite d’un stage de six mois. Pendant sa thèse, financée par la région Provence Alpes-Côte-d’Azur, il occupe le poste de chargé d’études et fait ainsi ses premiers pas dans le secteur de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire. Il effectue également des missions pour la région, telles que l’analyse des évolutions démographiques, et tente ainsi d’établir des prévisions sur les territoires en fonction du renforcement ou non de leur attractivité.

En contrat doctoral à l’Agence d’urbanisme et de développement de l’aire toulonnaise et du Var, j’ai réalisé plusieurs fois par an des études, publiées, sur des thématiques précises. Par exemple, les tiers-lieux, les industries créatives et culturelles, les créations d’emplois et d’entreprises sur le territoire du Var.

Ainsi, Brice Barois soutient sa thèse en 2019, intitulée Créativité, attractivité et développement économique des territoires européens, sous la direction de Michel Dimou. L’entrepreneuriat, dans les industries créatives et culturelles, tient une grande place dans son travail doctoral. Il est également particulièrement marqué par les auteurs qui se sont intéressés à la loi de Zipf (Gibrat…) afin de comprendre la croissance des villes et la manière dont se construisent les territoires, à partir de modèles économétriques et mathématiques.

À l’université de Toulon, il exerce en tant que chargé de travaux dirigés puis attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER), avant de rejoindre le campus de Marseille du Groupe ESPI en août 2020.

Identifier les futures tensions immobilières sur le territoire en fonction de son attractivité

Trois principales thématiques animent actuellement les travaux de recherche de Brice Barois. D’abord, la croissance et les hiérarchies urbaines : il s’agit d’analyser la manière dont une population va potentiellement croître sur un territoire donné, ce qui ouvre la possibilité de faire des simulations quant à l’attractivité d’un territoire dans le futur. Cela permet également d’identifier les zones qui vont être sous tension, au niveau démographique, et les éventuels bouleversements dans le classement hiérarchique des villes ou des agglomérations.

Travailler sur l’attractivité d’un territoire et les hiérarchies urbaines, c’est essayer de savoir précisément où et quand il faut investir.

L’autre sujet fort, presque le corollaire du premier, est celui des migrations résidentielles à partir, notamment, de l’étude des données de l’Insee. Où vivent les gens ? Sur quel territoire ? Migrent-ils en France et, le cas échéant, où s’installent-ils ? Quelles sont leurs motivations ? Brice Barois entend ainsi créer des liens entre des variables qui sont propres au territoire de départ et celles du territoire d’arrivée (croissance de la population, du nombre d’entreprises, le salaire moyen, l’offre de formations, la connectivité…). Par exemple, on peut se demander si les jeunes, quand ils se déplacent, se dirigent vers des territoires où il demeure un fort taux de chômage.

Étudier les migrations résidentielles permet d’anticiper les besoins en infrastructures.

Enfin, Brice Barois, dans la continuité de ses travaux doctoraux, s’intéresse aux industries créatives et culturelles, en lien avec la « classe créative » théorisée par Richard Florida¹ selon lequel l’attractivité des villes, leur développement, résultent désormais de leur capacité à capter les professions dites créatives, qualifiées, connectées. Il étudie ainsi la manière dont la concentration de cette catégorie de population impacte potentiellement la richesse d’un tel territoire, bénéficiant d’une bonne connectivité, et celles des zones voisines. Ce sont autant d’indicateurs sur l’opportunité de créer certains équipements et infrastructures, comme des tiers-lieux, des écoles du numérique, des écoles créatives, etc.

Métropolisation, systèmes d’acteurs, digitalisation : les apprenant.e.s aussi se questionnent

En lien avec ces thématiques de recherche, Brice Barois accompagne des apprenant.e.s, dans le cadre de leurs travaux de fin d’année, qui choisissent notamment de travailler sur l’étalement urbain, la croissance des villes, ou encore le processus de métropolisation. Il évoque ainsi avec plaisir le mémoire d’une étudiante de Montpellier qui a travaillé sur la ville du quart d’heure et a proposé une critique très constructive du modèle : si on multiplie les villes du quart d’heure, ne s’achemine-t-on pas vers un (re)construction urbaine qui favorise l’étalement urbain ? Que se passe-t-il si on multiplie les villes du quart d’heure sur le territoire ?

Brice Barois se remémore d’autres sujets particulièrement bien traités par certain.e.s élèves du Groupe ESPI, alimentés par des interviews, des sondages : l’analyse du jeu d’acteurs « qui vendent le territoire », c’est-à-dire le croisement des politiques des maires, des communes, des présidents d’agglomération, des promoteurs, ou encore la digitalisation des agences immobilières.

Le travail très approfondi d’un étudiant m’a permis de m’enrichir sur la question des mutations actuelles des agences immobilières. Si les acheteurs ont le réflexe de consulter les annonces sur Internet, ils sont néanmoins attachés à signer le compromis de vente dans un point physique. Cela signifie aussi que les agents immobiliers, quel que soit leur âge, doivent être formés à la digitalisation de leur métier.

Quelques projets immobiliers qui donnent matière à réflexion

Particulièrement attaché à la ville de Toulon, Brice Barois présente le quartier de la connaissance et de la créativité, sur le site de l’ancien hôpital Chalucet. Ce projet de reconversion, porté notamment par le cabinet Corinne Vezzoni et associés, vise à redynamiser le centre-ville. Intégrant pleinement le jardin Alexandre-Ier, ce quartier, délaissé et au lourd passé, mêle désormais médiathèque, logements, bureaux, écoles, tiers-lieu, et bénéficie de la proximité d’un pôle multimodal de transports (gare, bus…).

Le nouveau quartier du Chalucet, ancienne friche hospitalière enclavée, donne une force au centre-ville de Toulon et contraste avec l’environnement bâti. Le bâtiment des Beaux-Arts est assez incontournable.


À l’international cette fois, Brice Barois choisit d’évoquer les tours de Clément Canopy à Singapour. Ces tours ont la particularité d’être construites presque en totalité hors site. Tels des Lego, les modules sont fabriqués en usine et sont assemblés sur place, portion par portion. Cela offre une optimisation des coûts et de la construction, plus respectueuse de l’environnement. Les temps d’élévation sont réduits, la pollution est moindre également. En France, certaines entreprises commencent à s’intéresser à ce type de projet.


Les projets immobiliers tels que les tours Canopy à Singapour questionnent l’avenir de la construction et de ses métiers. La modélisation en 3D, la préfabrication en usine des segments du bâti, l’assemblage sur place signent un certain avènement du digital dans un secteur encore assez artisanal, ce qui intéresse beaucoup les étudiant.e.s.

¹ Richard Florida (né en 1957) est un géographe américain auteur, notamment, de The Rise of the Creative Class (2002). 

Sur le blog ESPI2R :
• L’impact des industries culturelles et créatives sur la richesse des régions européennes
• PMP – Les zones détendues : territoires oubliés porteurs d’attractivité territoriale
• How to characterize a 15-minute city? A study cas of Saint-Fons, Lyon, France (28e colloque de l’ERES)
• L’attractivité résidentielle des zones d’emploi de France métropolitaine : un frein pour l’accès à l’emploi ? (58e colloque de l’ASRDLF)


Sur les Cahiers ESPI2R :
Les attributs territoriaux et la pollution de l’air dans un contexte épidémique : évidence depuis les départements français. Synthèse. Actes de la 3e journée d’étude du laboratoire ESPI2R (avec Myriam Ben Saad)
• Croissance et hiérarchies urbaines en France métropolitaine : la spécificité de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Zoom recherche



Citer ce billet
Laboratoire ESPI2R (2022, 13 septembre). Brice Barois, économiste, prévisionniste de l’attractivité et du dynamisme des territoires. Le blog ESPI2R. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oj2j

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search