Laura Brown, architecte et sociologue, analyste des systèmes d’acteurs de l’immobilier

Laura Brown est enseignante-chercheuse sur le campus de Bordeaux du Groupe ESPI depuis 2020. Architecte de formation, elle a soutenu une thèse de sociologie dédiée à l’internationalisation des architectes diplômés en France. Ses sujets de recherche portent sur les mutations des professions du cadre bâti et de l’environnement (architectes, promoteurs) et, à l’échelle urbaine, sur les enjeux liés aux ressources et à leur gestion territoriale.

Laura Brown. © Groupe ESPI.

Des études d’architecture marquées par une année de mobilité au Chili

Laura Brown obtient son diplôme d’État en architecture en 2010, après des études à l’école nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux (ENSAP). En milieu de parcours, elle étudie une année à l’université du Chili à Santiago, où elle rencontre des professeurs qui lui donneront le goût de la recherche. Une fois le diplôme obtenu, elle repart cette fois travailler au Chili, à la suite du grand tremblement de terre et tsunami. Cette expérience la marque particulièrement et l’initie à l’urbanisme, dans l’élaboration de diagnostics patrimoniaux et d’outils de concertation auprès des habitants.

Mon expérience au Chili a été déterminante pour travailler sur la question de l’internationalisation des professionnels, de la circulation des personnes, des idées et des savoirs.

Des agences d’architecture au doctorat en sociologie

Laura Brown rentre ensuite en France pour passer l’habilitation à la maîtrise d’œuvre en nom propre (HMONP) et y renforcer son expérience. Elle exerce dans des agences d’architecture à Paris et au sein de l’association Séminaire Robert Auzelle[1], puis à Bordeaux en tant qu’entrepreneuse. Elle découvre les multiples facettes du métier, de la conception au chantier. Partagée entre le désir de retourner en Amérique latine, pour y voyager et y travailler, et d’œuvrer dans le pays qui l’a formée, Laura Brown se questionne de plus en plus sur les parcours des architectes, les voies empruntées, les conditions de succès à l’international, mais aussi les causes des éventuels blocages. C’est ainsi que mûrit son sujet de thèse, nourri par ailleurs des travaux de Lucien Karpik, auteur de Les avocats entre l’État, le public et le marché, XIIIe-XXe siècle (1995, Gallimard), et de Véronique Biau, qui s’est intéressée aux « starchitectes », pour ne citer qu’eux. Elle reprend alors contact avec des professeurs de l’ENSAP de Bordeaux, et en particulier avec le sociologue Guy Tapie, qui deviendra son directeur de thèse.

Travailler ailleurs, certes, mais dans quelles conditions ? Quels parcours d’architecte mènent à l’internationalisation ? Comment réussir ? Quelles sont les causes des blocages ? Ces premières interrogations ont nourri mon envie de me lancer dans une thèse de doctorat pour en savoir plus et le partager.

En 2013, elle obtient un financement doctoral – le premier de l’ENSAP – par le ministère de la Culture et intègre le laboratoire PAVE, dont elle est toujours membre associée.

La question de la gestion de l’eau : vers la sociologie urbaine

Laura Brown soutient sa thèse en 2017 à l’université de Bordeaux, La condition internationale des architectes. Le monde en référence: représentations, pratiques et parcours,publiée récemment aux Presses universitaires de Rennes. Elle s’engage rapidement dans un post-doctorat au centre de recherche du Groupe Suez, le LyRE, en partenariat avec le laboratoire PAVE. Pendant plus de deux ans, elle travaille avec des ingénieurs hydrogéologues et des sociologues sur la question de la gestion de l’eau potable. Comment les experts, élus, ingénieurs et urbanistes parviennent-ils à trouver des terrains d’entente pour aménager les territoires ? Comment se projette-t-on en 2050 lorsque la tension sur la ressource en eau sera plus forte en Nouvelle-Aquitaine ? Telles sont les interrogations auxquelles elle a tenté de répondre, travail d’enquête sociologique à l’appui. Dans la continuité de ce travail de recherche, elle pilote ensuite, avec Fabien Reix (ENSAP Bordeaux), le projet POPSU métropoles consacré à « la gestion des ressources métropolitaines au prisme de la durabilité », qui donne lieu au Cahier POPSU La métropole coopérative et ses ressources. Récits sur la gestion de l’eau et de l’alimentation à Bordeaux (éditions Autrement).

Grâce au programme POPSU métropoles, j’ai pu travailler sur les représentations croisées entre Bordeaux métropole et ses territoires voisins –département, région – et ainsi mettre en récit les coopérations interterritoriales naissantes. La suite du programme est en construction, afin de travailler sur les enjeux de la raréfaction du foncier.

Étudier l’aménagement du territoire et les systèmes d’acteurs pour comprendre les enjeux de l’immobilier

Au sein du Groupe ESPI, sur le campus de Bordeaux, Laura Brown donne des cours d’histoire urbaine et architecturale, d’habitat et de développement durable, de villes et développement urbain et de méthodologie de la recherche. Ses travaux de recherche actuels, dont elle rend compte aux apprenant.e.s, leur permettent de mieux saisir les dynamiques territoriales dans laquelle s’inscrivent leurs opérations immobilières ainsi que les effets d’interdépendances territoriales. Elle les accompagne dans la réalisation de diagnostics et de prospectives territoriaux, par exemple, afin qu’ils/elles soient capables de trouver des sources pertinentes auprès d’acteurs aux intérêts et missions différenciés.

Le dénominateur commun de mes recherches et des cours que je donne sur le campus de Bordeaux du Groupe ESPI est l’analyse du système d’acteurs de l’aménagement du territoire et de l’immobilier, son interprétation auprès des étudiant.e.s me semble essentielle pour mieux maîtriser l’environnement complexe dans lequel ils/elles évoluent.

Eu égard au sujet de sa thèse de doctorat, Laura Brown s’intéresse également aux mutations des professions immobilières[2] face aux enjeux environnementaux et démographiques (frugalité, vieillissement…). D’ailleurs, elle publie régulièrement des « portraits » d’acteur.trice.s sur le site Archibat, et participe ainsi activement à l’étude des professions liées au secteur de l’immobilier.

En outre, Laura Brown s’implique aussi sur des sujets qui ont trait à la rénovation du patrimoine, à la réhabilitation et à la transition écologique. Elle est ainsi à l’initiative d’un cycle de conférences sur la frugalité dans l’immobilier, qui s’est déroulé sur le campus de Bordeaux. Autant de thématiques qui plaisent particulièrement aux apprenant.e.s qu’elle encadre volontiers dans leurs travaux de mémoires professionnels.

Multiscalarité, internationalisation, capacité de projection : quelques clefs pour réussir dans l’immobilier

Quelles seraient les compétences attendues par les recruteurs de demain, dans le secteur de l’immobilier ? Pour Laura Brown, il semble d’abord important que les apprenant.e.s ne réfléchissent pas uniquement au niveau micro, c’est-à-dire à l’échelle du bâtiment. Les projets s’insèrent en effet dans un environnement et un cadre bâti larges. Ils doivent ainsi être capables de jongler entre plusieurs échelles. Ensuite, elle nous livre un vœu pieux : cesser de parler de « produit immobilier » quand il s’agit d’habitat : il est question ici d’êtres humains qui vivent dans des logements appropriés, reflets de leur identité et pas seulement de produits commerciaux. Enfin, outre une solide culture générale, elle conseille aux apprenant.e.s de saisir les opportunités de mobilité internationale pendant leurs études.

Il ne suffit pas d’être un.e bon.nne opérationnel.le pour se distinguer en entreprise. L’ouverture d’esprit, que l’on peut déceler par exemple grâce à une expérience en mobilité internationale, est fondamentale. C’est ce qui peut faire la différence dans l’évolution d’une carrière. La capacité à analyser et à se projeter, aussi.

La capacité de projection est en outre essentielle. Certains projets immobiliers mettent en effet des années à sortir de terre ; il faut donc faire preuve d’une certaine anticipation parce que dans 20 ou 30 ans, les enjeux ne seront plus exactement les mêmes que ceux d’aujourd’hui. Les enseignant.e.s-chercheur.e.s sont aussi là pour les aider dans cet exercice intellectuel.

Quelques lectures inspirantes…

Outre les œuvres de quelques chercheur.e.s citées au début de ce portrait, Laura Brown est revenue sur certaines lectures qui l’ont accompagnées pendant sa thèse :

J’aime beaucoup les romans qui traitent du déracinement, du déménagement, des voyages, de manière générale.

…et projets immobiliers qui donnent matière à réflexion

Les diversités, lot 1. © Mathieu Laporte.

Pour suivre les publications de Laura Brown, rendez-vous sur HAL.

Sur le blog ESPI2R :

Sur les Cahiers ESPI2R :


[1] Robert Auzelle (1913-1983) était un architecte urbaniste français engagé qui a participé à la reconstruction de la France après la Seconde Guerre mondiale. Il a également travaillé, notamment, sur le plan d’aménagement de La Défense. Il est aussi connu pour s’être intéressé à l’aménagement des cimetières.

[2] Un groupe de travail, au sein de l’école, s’est d’ailleurs constitué à ce sujet, en lien avec le conseil scientifique et de perfectionnement. Laura Brown y contribue activement.



Citer ce billet
Laboratoire ESPI2R (2022, 29 juillet). Laura Brown, architecte et sociologue, analyste des systèmes d’acteurs de l’immobilier. Le blog ESPI2R. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oj2g

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search