Études sur les grands événements culturels : le cas marseillais

Mathilde Vignau est l’autrice, récemment, de deux chapitres d’ouvrages en lien avec Marseille-Provence 2013, à la suite de la labélisation du territoire Capitale européenne de la culture obtenue en 2008 pour 2013 : « Grands événements culturels et espace urbain : le cas de Marseille » (avec Alexandre Grondeau, dans Rue d’Alger : Art, mémoire, espace public, éditions MF) et « Initier la fabrique par le biais d’un grand événement culturel. Effets et contradictions urbaines de Marseille-Provence 2013 » (dans Le pérenne et le temporaire dans la fabrique urbaine – La place des grands événements sportifs et culturels contemporains, L’Harmattan).

Marseille : musée Regards vers la Provence, villa Méditerranée et MuCEM. 
© Mathilde Vignau, 2016. 

Alexandre Grondeau (université Aix-Marseille) et Mathilde Vignau expliquent d’abord comment la friche La Belle de Mai (hypercentre marseillais, 3e arrondissement) et la Cité de la Méditerranée (front de mer, 2e arrondissement) sont devenues des exemples réussis, en matière économique et urbaine notamment, de réhabilitation, revivification et désenclavement de quartiers difficiles, grâce à la culture et à la créativité. Ces deux espaces ont en effet été visés par une opération d’intérêt national, Euroméditerranée. La friche La Belle de Mai « accueille ainsi en son sein tous les arts vivants et numériques du théâtre à la danse en passant par le cinéma, le cirque, le dessin ou la musique mais également des activités créatives issues des nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC) » (p. 150), et la Cité de la Méditerranée représente un « quartier dédié à la culture et tourisme avec l’aménagement d’équipements culturels monumentaux et spectaculaires en connexion avec le tourisme croisiériste » (p. 152). Mais Alexandre Grondeau et Mathilde Vignau dépassent la vision marketing pour souligner combien les aspects sociaux de ces reconstructions ont quelque peu été laissés de côté au profit du renouvellement de l’image de ces espaces urbains. Ainsi, l’intégration sociale et territoriale ne s’est pas vraiment faite : les habitants du 3e arrondissement de Marseille fréquentent peu la friche, tandis que ceux qui travaillent à la Belle de Mai ont peu de lien avec le quartier. Quant à la Cité de la Méditerranée, elle privilégie les classes supérieures, à la fois dans sa population résidente que travailleuse, favorisant ainsi l’exclusion des autochtones. Ces fractures territoriales sont ensuite accélérées et élargies par l’événement Marseille-Provence 2013, alors même que l’objectif de ces réhabilitations urbaines – qui ont largement contribué à la labélisation – étaient de les réduire.

Dans cette étude, Mathilde Vignau poursuit ses réflexions sur les effets sociaux-urbains des stratégies de marketing territorial à travers l’exemple de Marseille-Provence 2013. Sans nier, bien évidemment, les répercussions positives de cet événement de grande ampleur (qu’elle détaille) à plusieurs échelles, elle souligne les principales contradictions suivantes :

  • la multiplicité des acteurs engagés, qui ne poursuivent pas toujours les mêmes fins ni les mêmes moyens. Cependant, cela n’a pas empêché la construction « ex-nihilo d’un territoire politique comme support de l’événement MP 2013 » et la co-organisation de manifestations culturelles ;
  • le conformisme auquel s’adonnent les politiques en optant pour une stratégie de compétition de l’image et de l’attractivité, déjà bien rôdée, et sans ajout d’originalité particulière ;
  • l’écart entre les discours, qui tendent à intégrer les aménagements réalisés dans le cadre de l’événement à la politique territoriale de la ville à long terme, et la réalité, qui repose sur « une réhabilitation de l’hypercentre marseillais… quasiment exclusivement à partir d’un événement culturel d’une durée d’un an » ;
  • la quasi non-pérennité des projets culturels développés pour l’occasion, engloutis par le manque d’harmonisation de l’offre culturelle et la compétition métropolitaine ;
  • le renforcement de certaines inégalités socio-spatiales en excluant, en particulier, les quartiers nord de la ville ;
  • l’affirmation du néolibéralisme urbain.

En savoir plus : lire le Zoom recherche « Aménager les territoires par la culture. Effets et contradictions urbaines des grands événements culturels » sur les Cahiers ESPI2R



Citer ce billet
Laboratoire ESPI2R (2022, 25 juillet). Études sur les grands événements culturels : le cas marseillais. Le blog ESPI2R. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oj2e

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search