Mathilde Vignau, géographe de la culture, engagée en faveur de la ville inclusive

Mathilde Vignau est enseignante-chercheuse en géographie et en aménagement du territoire sur le campus de Marseille du Groupe ESPI. Au sein du laboratoire ESPI2R, elle offre une vision singulière du développement territorial et du secteur immobilier, à travers le marketing territorial et les activités créatives et culturelles qui s’y pratiquent, y compris en temps de pandémie. Sensible aux questions des inégalités spatiales, elle s’intéresse également aux zones détendues et prône une ville inclusive pour toutes et tous.

Mathilde Vignau.

La géographie : un choix « humaniste »

Après une année de classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE, hypocagne), Mathilde Vignau suit une double licence géographie/anglais à l’université d’Aix-Marseille, dans laquelle elle obtient ensuite un master en géographie puis son doctorat. Au-delà d’une grande appétence pour les langues étrangères, l’anglais pratiqué à l’université lui confirme qu’une réflexion bilingue est aujourd’hui une nécessité.

Pourquoi la géographie ? Pour son ouverture au monde, à l’humain, pour l’analyse spatiale qu’elle propose, avec la possibilité d’améliorer l’environnement qui nous entoure. Mieux connaître les peuples, les cultures, donner des envies de voyages étaient des motivations essentielles pour elle. L’autre aspect qui lui fit choisir la géographie : la possibilité d’études et de recherches pluridisciplinaires, et ainsi ne pas rester « enfermée » dans une matière. « Sans prétendre être à la fois géographe, sociologue, ou économiste », nous précise-t-elle.

Une des principales qualités de la géographie en tant que discipline est son ouverture sur l’humanité. Elle permet de mieux appréhender le quotidien, l’espace dans lequel on évolue avec un regard à la fois critique et analytique.

Pour Mathilde Vignau, opter pour la géographie était aussi un choix engagé : partisane d’une géographie dite « radicale », elle prône une production du territoire qui soit la plus inclusive et mixte possible en générant peu d’inégalités voire en essayant de contrebalancer celles préexistantes. Elle est ainsi marquée par les lectures de David Harvey[1] ou encore d’Henri Lefebvre[2], toujours d’actualité selon elle, ou encore par le rapport de Jean-Pierre Sueur Demain, la ville[3] (1998).

Membre du laboratoire TELEMMe (Temps, espaces, langages, Europe méridionale, Méditerranée), Mathilde Vignau soutient sa thèse en 2019, intitulée Vers une géographie de la créativité : impacts des lieux, des activités et des événements créatifs et culturels sur le développement de la région Sud – Provence Alpes Côte d’Azur, sous la direction de Boris Grésillon et Alexandre Grondeau. À l’université d’Aix-Marseille, elle occupe les fonctions de monitrice, puis d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ATER), en géographie avant de rejoindre le campus marseillais du Groupe ESPI en août 2020. 

La culture, une autre manière de voir l’immobilier

Le territoire est le socle qui fait le lien avec l’ensemble des sujets de recherche étudiés au sein du laboratoire ESPI2R. C’est le support de tout, des activités économiques, culturelles, et, bien sûr, de l’immobilier.

Eu égard à son sujet de thèse, Mathilde Vignau s’intéresse particulièrement à l’art urbain et à ses pratiques informelles. Or, l’aménagement du territoire intègre de plus en plus les arts, davantage institutionnalisés qu’auparavant. Le secteur immobilier ne peut non plus l’ignorer, à l’heure où le street art, par exemple, s’épanouit sur des immeubles : la culture, l’art, représentent-ils des opportunités – de marché notamment –, pour l’activité immobilière ? Comment prendre en compte et analyser cette forme d’appropriation du bâti ? Quelles relations les habitants d’un quartier entretiennent-ils avec l’art urbain ? Quels sont les enjeux réglementaires et juridiques de l’intégration de l’art dans le bâti et l’environnement urbains ? Dans la continuité de ses travaux doctoraux, ses dernières publications portent notamment sur les conséquences socio-spatiales des grands événements culturels, tels que Marseille-Provence 2013, et de la labélisation culturelle des territoires.

Outre la géographie de la créativité, les recherches de Mathilde Vignau portent également sur l’agriculture urbaine, les zones détendues et la ville en temps de pandémie (résilience, lieux culturels).

Le futur de l’immobilier : pour une ville juste et inclusive

Sur les questions liées à la soutenabilité de l’immobilier, Mathilde Vignau s’interroge sur les inégalités éventuellement générées par les projets dits durables. Peuvent-ils être socialement justes – hors de l’entre-soi, adaptés aux personnes aux revenus modestes – et écologiquement vertueux ? L’habitat social doit aussi rimer avec habitat durable. Ce souci de l’inclusion rejoint ainsi son engagement au sein de la discipline géographique. D’ailleurs, c’est ainsi qu’elle est à l’initiative, avec Leïly Hassaine-Bau et Raphaële Peres, d’un cycle de séminaires sur les femmes et l’immobilier, à destination des apprenant.e.s, qui s’est déroulé sur le campus de Marseille.

Les questions de mixité, d’égalité, de genre, d’accessibilité devront être complètement assimilées par les futur.e.s professionnel.le.s de l’immobilier. Elles font référence à des éléments qui font partie du territoire environnant, au sens large, qu’il faut impérativement prendre en considération.

Tous les métiers de l’immobilier sont concernés par les sujets de l’inclusion, « petits » et « grands » promoteurs, les agents immobiliers, les acteurs de la construction et du développement foncier. En fin de mastère, certains étudiant.e.s se penchent sur l’adaptation du logement au vieillissement de la population, ou encore sur la gentrification et la manière dont les programmes immobiliers peuvent faire barrage ou pas.

Les Docks de Marseille et le musée Guggenheim à Bilbao : deux projets immobiliers inspirants

Les apprenant.e.s s’intéressent aussi beaucoup, inévitablement, à l’immobilier durable. Pour Mathilde Vignau, Les Docks de Marseille – où est implanté le Groupe ESPI – est ainsi un ensemble de bâtiments remarquable de par la réhabilitation qui a été réalisée, alors qu’il était laissé en quasi-abandon. Il s’agit d’un bel exemple de durabilité et de réinvestissement d’un quartier, Les Joliettes (dans le 2e arrondissement de Marseille), et d’un ensemble immobilier, qui accueille désormais des bureaux et des commerces.

Autre projet emblématique qu’elle cite : le musée Guggenheim à Bilbao, de Frank Gehry. À la suite de sa construction, il a émergé à l’échelle internationale une sorte de généralisation d’une pratique qui vise à faire d’un bâtiment culturel de grande envergure un élément structurant du territoire. C’est le cas, d’ailleurs, du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) à Marseille. Ils sont la preuve – et l’incarnation immobilière – que la culture représente un levier d’attractivité économique et sociale.

Pour suivre les publications de Mathilde Vignau, rendez-vous sur HAL.

Sur le blog ESPI2R :

Sur les Cahiers ESPI2R :


[1] David Harvey (né en 1935) est un géographe britannique. Il est l’auteur, notamment, de Social Justice and the City (1973, University of Georgia Press), de Justice, Nature and the Geography of Difference (1996, Blackwell Publishers) ou encore Géographie de la domination (2008, Les prairies ordinaires).

[2] Henri Lefebvre (1901-1991) est un philosophe et sociologue français auteur, notamment, de Le droit à la ville (1968, Anthropos) et de La production de l’espace (1974, Anthropos).

[3] Rapport présenté à Martine Aubry, alors ministre de l’Emploi et de la Solidarité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search